dissabte, 10 d’abril de 2010

Ars amandi



Le sexe

Pour Herman de Coninck

Dans les hommes il fait froid, c'est souvent décembre.
Dans les femmes, c'est presque toujours mai.
Elles veulent étinceler, à vie,
se déguisent de la tête aux pieds
pour ne pas se ratatiner prématurément.
Occupées à demeure à demeurer.

Dans les hommes il fait froid et les choses prennent fin.
Mon Dieu, comme, ils raffolent de la fin.
Car les hommes se projettent au bout de leur rut
et armés d'eux-mêmes jusqu'aux dents
consacrent leurs journées à rebander.

Dans les femmes règne un sex plus souple,
où s'ouvre une floraison, une effusion ;
elles y gardent de la tendresse
ou la nostalgie d'un lac en Suisse.
Elles aiment commencer et sauvegarder.

Dans les hommes c'est la guerre, rien que la guerre.
Dans les femmes on naît, dans une lutte à mort.
ells clignotent un peu des yeux,
ells scintillent, se débatten un instant
et voici que surgit une vaillante postérité.
Un homme suffit, et la voilà massacrée.

Dans les hommes il fait froid, c'est souvent décembre.
Dans les femmes, c'est toujours mai.

Herman de Coninck

Luuk Gruwez

Carl Orff